Se connecter

Horaires de Chabbat

 

Chabbat ‘Hayyey Sârâh

שבת חיי שרה

 

 

vendredi 18 novembre

Allumage des bougies à 16H32

Intervention de M. le Rabbin Samuel NETTER, en la Synagogue de la Paix

 

Chabbat 19 NOVEMBRE

Bénédiction du mois

Clôture samedi soir : 17H33

 

Lundi 21 novembre

Demi-jeûne

 

 

Jeudi 24 et vendredi 25 novembre

Rôche ‘Hôdéche Kislev

 

E-MAGAZINES

Télécharger les derniers numéros de nos magazines

CHABBAT CHALOM n° 2600
CHABBAT CHALOM n° 2599
CHABBAT CHALOM n° 2598

RADIO

 

écoutez LA RADIO EN LIVE

3 questions à Moshé Lewin

Ce mardi est une date importante pour le judaïsme en Europe. L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe doit entendre des experts s'exprimer et prendre position sur la circoncision. Moshé Lewin, Directeur exécutif du Congrés européen des Rabbins, est à Strasbourg pour assister à ce débat. Il expose ici les enjeux de cette journée et sa position.

- Pourquoi êtes-vous à Strasbourg, tout d'abord ?
- Parce que se tient, au Conseil de l'Europe, un débat majeur pour tous les juifs d'Europe, et de France par conséquent. En octobre dernier, une résolution a été votée disant que la circoncision était assimilée à une mutilation et permettant son interdiction dans différents pays. Toutefois, cette résolution n'a pas de caractère législatif, mais elle peut être reprise par différents Etats. Une audition est programmée ce mardi à 14h devant l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe pour que des experts, qui sont pour et contre cet acte, s'expriment. Actuellement, dans quelques pays scandinaves par exemple, on tente d'interdire la circoncision sous le prétexte du non-respect du droit de l'enfant à son intégrité physique.

- Cette interdiction de la circoncision est-elle une démarche contre une minorité ?
- C'est une atteinte aux pratiques religieuses. Aujourd'hui, c'est la circoncision, mais je rappelle qu'hier c'était la chehita... C'est significatif. En Allemagne, Angela Merkel a légiféré contre l'interdiction, mais on a senti, malgré tout, des relents d'antisémitisme.

- A quoi faut-il s'attendre ce mardi au Conseil de l'Europe ?
- Il n'y aura pas de vote mais une audition de quatre experts. Nous avons demandé au Professeur Bernard Lobel, urologue, qui travaille au sein d'une commission que nous avons créée autour de cette question, de s'exprimer aujourd'hui. Il abondera donc dans le sens de la circoncision. Je rappelle également que lors du dernier Congrés des rabbins européens, Thorbjorn Jagland, Secrétaire Général du Conseil de l'Europe, a soutenu fortement la circoncision.